CitizenSeeds 2018

Participez à une expérience de science citoyenne !

Comment ?

Nous vous enverrons une collection de graines bio. Vous plantez les graines dans une parcelle de ±1m² et vous essayez d'obtenir la plus belle récolte. A la fin de la saison nous offrirons trois prix : pour la récolte la plus impressionante, pour la meilleure documentation et pour la meilleure approche agro-écologique.

La participation est ouverte aux particuliers mais aussi aux association et notamment aux jardins partagés.

Lire les détails.


Tomates cérises

Pois nain

Carottes

Basilic

Persil

Laitue Batavia

Objectif de CitizenSeeds :
Promouvoir l'agroécologie

L'objectif de CitizenSeeds est de faire participer les citoyens dans les expériences agroécologiques. Ces expériences nous permettent d'obtenir des données sur la croissance ou sur l'association des plantes mais elles s'incrivent aussi dans une démarche plus large : comment concevoir un système alimentaire plus durable.

L'idée que la ville puisse être un lieu de production alimentaire n'est pas naturelle. Beaucoup d'entre nous achètent leur nourriture dans des supermarchés sans avoir la moindre idée de qui l'a produit, comment et d'où elle provient. Mais depuis quelques années, on voit les mentalités changer. De plus en plus de personnes intègrent des organisations parallèles pour acheter leur nourriture directement aux agriculteurs implantés à proximité des villes. Elles comprennent mieux ce qu'elles mangent et s'impliquent plus dans le processus de production et de commercialisation. D'autres ramènent l’agriculture dans la ville en cultivant dans des friches abandonnées, dans leurs jardins ou sur leur terrasses. Dans la même mouvance, certains ont commencé à faire du troc : des voisins échangent de la confiture faite maison contre des gâteaux eux aussi fait maison.

Aux Sony Computer Science Laboratories (Sony CSL) nous pensons que nous devons encourager ces initiatives car elles poussent les gens à repenser à leur manière de s'approvisionner et à considérer l'impact environnemental de l'agriculture industriel tout en ayant un moyen de participer à des solutions à ces problèmes.

Vous devez sûrement vous demander quelle est la place de la technologie dans tous ces changements. Nous pensons que deux types de technologies sont utiles pour aider ce mouvement. Tout d'abord des capteurs qui mesurent les conditions climatiques de la zone cultivée. Les données récoltées nous permettront ensuite d'établir les conditions environnementales qui favorisent le développement des cultures. En second lieu nous développons des sites internet sur lesquels les gens peuvent échanger leur connaissances et les techniques de cultures, où ils peuvent partager leur savoir où encore organiser leur trocs, etc. Toutes ces données et ces conseils sont accessibles librement, vous offrant la possibilité de vous informer et de participer au mouvement.

Nous avons donc décidé de monter un projet de science participative : nous faisons appel à des jardiniers volontaires pour faire pousser des plantes chez eux. Ce projet de recherche autour des sciences citoyennes est mené à l’initiative de Sony CSL. Il vise à utiliser les nouvelles technologies pour partager et étudier des expériences de cultures menées par des citoyens dans des potagers. Pour cela, P2P Food Lab (équipe de recherche du Sony CSL) distribue des graines d'espèces potagères aux participants et leur propose de partager des données sur leurs cultures : photographies de la zone cultivée, de la croissance des plantes, de la récolte, conseils sur les méthodes utilisées, expériences (positives et négatives) et autres. Cette documentation est à partager sur un site internet dédié aux expériences.

Nous souhaitons également faire de ce projet un lieu d’expériences sur des pratiques potagères. Nous nous intéressons à une pratique ancienne qui revient dans beaucoup de potagers professionnels et amateurs : les associations de cultures. (mettre un lien en direction de la page sur les associations de cultures)



Tomates cérises

Pois nain

Carottes

Basilic

Persil

Laitue Batavia

Objectif de l'expérience :
Association de cultures

Nous vous proposons de tester les bénéfices de l’association de cultures, pratique agricole qui consiste à cultiver plusieurs variétés en même temps au même endroit en augmentant le rendement de la parcelle et réduisant les intrants.

Depuis quelques années, le système de culture préconisant d’associer certaines plantes sur des mêmes parcelles pour activer des mécanismes de bénéfice mutuel connait un regain d’intérêt de la part de jardiniers amateurs et d’agriculteurs professionnels. Le compagnonnage des plantes était une technique très utilisée avant l’agriculture moderne, les monocultures et l’utilisation des pesticides mais suite à une prise de conscience de la part des consommateurs et des agriculteurs pour la protection de l’environnement et l’emploi des techniques respectueuses de celui-ci, comme la permaculture, l’agriculture biologique et raisonnée, l’agroécologie, cette technique culturale est de nouveau utilisée. Elle est intéressante d’un point de vue agroécologique car elle permet de limiter des intrants phytosanitaires (fertilisants azotés, pesticides, herbicides, etc.).

Les associations de cultures ont de multiples bénéfices, elles permettent :

  • aux plantes de se protéger mutuellement, certaines plantes dégagent des odeurs répulsives pour les ravageurs d’autres plantes (exemple : le poireau et la carotte sont cultivés côte-à-côte car l’un repousse les ravageurs de l’autre et vice-versa),
  • de mieux occuper l’espace en associant des plantes de haute et de petite taille,
  • mieux organiser l’occupation temporelle de la zone de culture en associant des cultures de longs et courts cycles de vie,
  • de favoriser la croissance mutuelle des plantes grâce aux influences positives entre plantes via la sécrétion de substances et de la production de nutriments par certaines plantes bénéfiques au développement des plantes voisines (exemple : les légumineuses sont capable de fixer l’azote atmosphérique, de le stocker dans ces racines et de le transformer de façon à ce que les autres plantes puissent l'absorber).

Il faut savoir que toutes les associations ne sont pas bénéfiques, certaines plantes ne se développent pas optimalement lorsqu’elles sont placées côte à côte. En effet, pour empêcher la compétition pour des nutriments avec des plantes trop proches, certaines plantes sécrètent des substances inhibitrices de croissance tout autour d’elles, empêchant ainsi d’autres plantes de se développer.

De nombreuses sources donnent des informations sur des associations bénéfiques ou désavantageuses mais il est difficile de trouver des preuves scientifiques qui justifient ces conseils et ces pratiques. Ces conseils proviennent de livres de jardinages, de tests empiriques*. Nous souhaitons tester certaines de ces associations pour essayer de mesurer l’impact réel de ces dernières sur les cultures.

Après étude de la bibliographie sur les associations de plantes à faire ou ne pas faire,nous souhaitons tester des combinaison autour de 3 plantes : tomates, pois nain et carottes.

Si vous souhaitez participer à cette expérience, vous recevrez un de ces trois mélanges :

  • tomates/carottes (association favorable)
  • tomates/pois (association défavorable)
  • pois/carottes (association neutre)

En comparant la croissance et la production de chacune de ces plantes au sein de ces associations, nous pourrons voir si cette associations ont un impact sur le développement de ces variétés. Nous pourrons également savoir si cet impact est positif ou négatif.

Ces légumes peuvent être associés avec d'autres légumes (qui ne sont pas connus pour être des associations avec des influences particulières) : basilic, laitue, persil.


*Sites internet : encycloEcolo, Rustica, Le Monde, auJardin.info.

Livres :

  • "Les bonnes associations de plantes" de Claude Bureaux (Editions Broché).
  • "Les bonnes associations au potager" de Noémie Vialard (Editions Broché).
  • "Le poireau préfère les fraises".
  • "Les meilleurs associations de plantes" de Hans Wagner (Editions Broché).
  • "Le jardinier-maraîcher - Manuel d’agriculture biologique sur petite surface" de Jean-Martin Fortier (Editions Broché).
  • "Créer sa micro-ferme: permaculture et agroécologie" de Linda Bedouet (Editions Broché)


Les graines

Nous vous envoyons une collection de graines de 5 variétés de plantes potagères pour vous pouvez planter dans une parcelle d’environ 1m². Ces plantes ont été choisies pour leur intérêt gustatif et expérimental.

Voici plus d'information sur les graines. Toutes les variétés proviennent de La Ferme Sainte-Marthe.

Nom commun Variété Famille Description Conseils de culture
Tomates Cérise Solanacées La tomate Cerise est une variété produisant de longues grappes de petites tomates rouges de 3 à 4 cm de diamètre. A cultiver en buisson, simple à réussir, elle ne demande pas d'égourmandage ni de tuteurage. La chair des petites tomates cerises est ferme, juteuse, au goût acidulé. Semis : en mars/avril sur couche chaude (20°) ou en godets en intérieur ou serre chauffée. Enterrez vos graines de tomates à 1 cm puis recouvrez de terreau. Repiquez en place mi-mai quand les plants atteignent 12 à 15 cm. Distance : 70 cm entre les rangs et 50 cm sur la ligne à exposition ensoleillée. Mettre les tuteurs en place avant de commencer la plantation. Arrosez abondamment au pied une fois par semaine pour éviter le développement de maladies.
Carottes Touchon Apiacées La Carotte Touchon est une variété précoce, recommandée pour culture de printemps produisant des racines demi-longue et droite, sans cœur à la chair très ferme reconnue d'un goût exceptionnel. Semis de printemps, de mars à juin pour récolte d'été. Semer clair en lignes distantes de 25 à 30 cm, à exposition ensoleillée et recouvrir d'un mélange de terre très fine et de sable sur quelques millimètres, arroser. Maintenir humide jusqu'au développement des plantules. Eclaircir une 1ere fois à 4 ou 5 feuilles à 2 ou 3 cm puis à 7/8 cm.
Pois nain Merveille de Kelvedon Fabacées Variété naine à grains ridés, le pois merveille de Kelvedon est originaire d'Angleterre. Ses gousses droites, longues et pointues contiennent en moyenne 7 grains de gros calibre au goût agréablement sucré. Très rustique, elle résiste très bien à la chaleur. Semis : de mars à juin en pleine terre en lignes ou en poquets. Il convient de butter les pieds après 3 semaines. Récolte : de juin à août. Les petits pois doivent être cueillis encore jeunes pour qu'ils conservent leur goût sucré ainsi que leur tendreté.
Laitue Batavia Blonde de Paris Astéracées Variété de printemps et d'été formant de grosses pommes vert clair. Ses feuilles cloquées et ondulées sont très croquantes. Résiste bien à la chaleur et à la montaison. Semis : de février à juillet en pépinière ou sous châssis. Repiquer lorsque les plants ont quelques feuilles. Exposition ensoleillée. Récolte : 2 mois environ après le semis.
Basilic Simple Grand Vert Lamiacées Aromatique emblématique du bassin méditerranéen. Le Basilic Simple Grand Vert est une variété classique de basilic, au goût bien équilibré dont les feuilles sont très parfumées. Semis en mars-avril dans des godets à l'intérieur (20°C nécessaires pour la germination) près d'une source lumineuse. Conseil supplémentaire : faire tremper les graines une journée avant semis. Plantation des plants au stade 3-4 feuilles avec une distance de 50cm entre chaque plant dans un sol bien drainé à exposition ensoleillée.
Persil Commun Apiacées Variété de persil plat au feuillage parfumé vert foncé et lisse. Bonne résistance au froid. Semis : de mars à mai. Faire tremper les graines un jour avant le semis pour faciliter la levée. Semer en ligne dans endroit frais. Période de récolte : avril à septembre.

Les parcelles

Vous pouvez planter les graines dans les parcelles que vous voulez : en pleine terre, dans un bac sur votre terrasse, balcon, sous serre ou non, etc. Les deux seules contraintes sont que la parcelle doit être d’un seul tenant et faire environ 1m² et qu’une certaine organisation spatiale est attendue pour avoir des résultats expérimentaux intéressants.

Les plantes devront être cultivées dans certaines conditions pour les données puissent être utilisées par la suite par les chercheurs de projet :

Bio, ou agroécologique : Les participants sont invités à cultiver en 'bio' c'est-à-dire sans aucun fertilisant, pesticide ou herbicide. L'équipe de recherche s'intéresse particulièrement aux méthodes de culture agroécologiques tournés vers le respect de l'environnement et de l'utilisation raisonnées des ressources. Nous valorisons des pratiques limitant au maximum les intrants dans le potager (production de compost, utilisation de récupérateurs d’eau, etc.).

Superficie : La superficie totale de la zone de culture de doit pas dépasser 1,5 m². Ensuite libre aux participants de cultiver comme ils veulent : en pleine terre, dans des bacs, des pots, sur une terrasse, dans une serre et autre.


Dans un potager en bac

Dans bac sous serre

Dans un potager en pleine terre

Dans un bac sur terrasse

Organisation spatiale et calendrier : En ce qui concerne l'organisation spatiale des plantations, nous suggérons aux participants de faire des rangs de cultures des plantes d'intérêt (tomates cerises, carottes et pois nain) en rang intercalés. Les autres espèces peuvent être plantées sur les côtés des bacs ou en inter-rang.

Voici un exemple d’organisation d’une parcelle pour chaque combinaison de cultures :

Tomate et pois nain :


Carotte et pois nain :


Tomate et pois nain :


Documentez votre jardin !

Documentez vos cultures et vos récoltes en prenant une photo et mesurant vos légumes une fois par semaine et partagez la sur le site de CitizenSeeds. Toutes ces informations nous permettrons de comparer les expériences. N’hésitez pas à commenter, poser des questions et partager vos astuces avec la communauté CitizenSeeds!

Pour que l'équipe de recherche puissent suivre l'évolution des cultures, les participants pourront partager les photographies de cultures et leur commentaires sur une page dédiée au projet (ils devront s'y inscrire en amont => lien vers le site). Afin de comparer au mieux la croissance des plantes, il sera demandé de mesurer une fois par semaine les plants. Ils sont également invités à documenter les résultats de leur récolte en la pesant et en indiquant le nombre de légumes récoltés.

Si les participants sont témoins d’attaques de ravageurs ou d’apparition de maladies sur les différents plants. Ils peuvent également le signaler.

Les participants peuvent prendre des photographies de la parcelle entière ou des légumes individuellement, chaque photo peut être commentée.

En ce qui concerne les conseils de cultures et les discussions, nous créerons une discussion au sein de Slack, application de messagerie, qui nous permettra de communiquer avec les participants et qui permettra aux participants d’échanger entre eux.

Nous indiquerons les étapes pour s’inscrire sur la messagerie Slack et sur le site.